The Birth of the duc de Bordeaux (29 September 1820)

Contents


Bronze medal issued by public subscription (on the initiative of Chateaubriand) commemorating the birth of the duc de Bordeaux.
The observe shows the duchess holding her newborn son, with her late husband's bust in the right background.  The legend "Dieu nous l'a donné, nos coeurs et nos bras sont à lui."  The reverse shows St. Michael defeating the devil, and the birth-date (feast of St. Michael) 29 Sept. 1820.

Introduction

Royal Assassination

In 1820, the monarchy had been restored 6 years earlier in France. Louis XVIII, childless widower, was reigning. His only surviving brother Monsieur, comte d'Artois, had two grown sons. The eldest, Louis Antoine (1775-1844), duc d'Angoulême, was married since 1799 to Louis XVI's daughter Marie Thérèse, Madame Royale, and their marriage was childless and expected to remain so. The younger, Charles-Ferdinand, duc de Berry, had married in 1816 the young and vivacious Maria Carolina (in French Marie-Caroline), daughter of the king of Two Sicilies. These people together formed the senior branch of the house of Bourbon, descendants of Louis XIV's eldest grandson. Descendants of Louis XIV's younger grandson the duc d'Anjou (who became king of Spain) reigned in Spain, Two Sicilies, and Lucca. Descendants of Louis XIV's brother formed the branch of Orléans. They were represented by the duc d'Orléans, Louis-Philippe, whose wife Marie-Amélie was the aunt of the duchess of Berry, and his children (four sons and three daughters at the time). The only other Bourbon living was the prince de Condé, who would die in 1830.

On Sunday eveing, February 13, 1820, the duc and duchesse de Berry went to the Opera, rue de Richelieu. They entered by the side door on the rue Rameau and watched a one-act opera (Le Rossignol) and then a ballet (Les Noces de Gamache). At the start of the ballet's 2nd act the duchess asked to go home, and the duc walked her to their carriage at the side-door. As he was stepping back in, a man named Louvel mortally stabbed him in the chest. The duc de Berry died around 5am that night. His wife had born him three daughters, two of whom died immediately after birth. With the duc de Berry's death the senior branch seemed doomed to extinction. (The opera was immediately shut down and the theater torn down a few months later. Plans to build a chapel on the side were not implemented before 1830 and dropped afterwards. At present a public garden, the square Louvois, stands at the site, across the street from the old Bibliothèque nationale.)

The Miracle Child

It was then learned that the widowed duchess was pregnant for the fourth time. A son would, of course, save the dynasty. Her pregnancy was surrounded by many precautions. One attempt was made to disrupt it when two men exploded a device beneath her windows in April 1820 with the apparent hope of frightening her and provoking a miscarriage. As the due date neared, measures were taken to ensure that no doubt surround the birth. The king appointed two official witnesses, the maréchal Suchet, duc d'Albuféra, and the duc de Coigny, and they took up lodgings in the Tuileries palace, in the pavillon de Flore. The duchess herself lived in the pavillon de Marsan, at the other end of the palace. (Both pavilions still stand, at the ends of the Louvre palace, although the rest of the Tuileries palace was destroyed after a fire in 1871). Walking the whole length of the palace would probably have taken 10-15mn.

The Birth (29 Sept 1820)

The child was born around 2:20am on September 29, 1820. The birth is told in detail by the vicomte de Reiset, at the time an officer in the King's Guards who lived close by across the Seine river. He was soon informed, rushed to the scene, witnessed some of the events, collected details from by-standers about the rest, and wrote it down. That, at least, is what the document published in 1902 appears to be.  The following is based on this account.

In spite of all the precautions, there were no witnesses at all to the birth. The duchess went to bed around midnight, having briefly felt slight pains during the evening. At 2:30am she had a contraction and urgently called her maids, Mme de Vathaire and Mme Bourgeois. The former rushed to fetch the First Lady in Waiting while the second goes to the bed of the duchesse, whose child was born with the second contraction. Fifteen minutes later the obstetrician Deneux arrives; the duchess asks him if the child can remain with the umbilical cord uncut, and he assures her that he can stay for an hour. She orders the other physicians and surgeon who have arrived to abstain from cutting the cord until witnesses arrive. Mme de Vathaire returns with a King's Guard, followed by the duchesse de Reggio and the comtesse de Gontaut, then five national guardsmen randomly taken from the sentries on duty to serve as witnesses. The duchesse de Reggio rushes upstairs to warn the comte d'Artois. Finally the duc d'Albuféra arrives and is shown the baby attached to the umbilical cord. Then the cord is cut and Deneux, privately, finishes the delivery. The duc de Coigny arrives, then the duc and duchesse d'Angoulême, and finally the comte d'Artois. At that point the room becomes so filled with people that all move to a nearby room with the child. It is 3:15am, and at that point the vicomte de Reiset, the author, arrives in the room. The king soon arrives, the doors to the bedroom are open again and the child given back to his mother. The king nears the bed, takes the baby in his arms and proceeds to play out the legend of the birth of Henri IV, rubbing a garlic clove specially sent from Pau on the baby's lips and then putting a few drops of Jurançon wine. The king remains until 4:30am to receive the congratulations from numerous visitors: the Orléans family, the duchesse de Bourbon, marshals, ministers, etc.

The doubts of the duc d'Orléans

Upon arriving at the scene, the duc d'Orléans turned to the duc d'Albuféra and asked him to assure him, on his word, that the child is really that of the duchesse. "As much as you are the father of the duc de Chartres", answered the old soldier, and Louis-Philippe accepted the answer.  (This anecdote also appears in the memoirs of the duchesse de Gontaut, who was one of the eye witnesses).

That he should have asked the witness officially appointed by the king is natural: answering such questions was exactly what the witness was appointed for.  When the birth certificate was drawn later that day, the duc d'Orléans signed (albeit with, according to some account, with visible unease).  This represented official acceptance of the birth, and the duc d'Orléans never voiced any other doubts.

Official rejoicing

The birth was announced to the world at 5am on September 29, by a salvo of 24 guns (only 12 shots were expected for a girl).  France was seized by royal fever, and congratulations poured in, ceremonies and festivities took place across the countryfor the Miracle Child, whose fifth given name was Dieudonné (given by God, also a given name of Louis XIV who was born after 22 years of marriage).  As an example of this enthusiasm, here are two odes written by a young and a not-so-young poet: Both Hugo and Lamartine would be major political figures in the 2nd Republic that replaced Louis-Philippe's regime (Lamartine serving as foreign minister and Hugo as representative).

duc de Bordeaux
Portrait of the duc de Bordeaux, 1828, by Alexandre Jean Dubois-Drahonnet.
Source: base de données Joconde.

The purported "Protestation"

A few weeks later surfaced a publication that was titled "Protestation de S. A. S. le Duc d'Orléans".  According to Reiset's account, it appeared sometime in mid-October and originated in London.  Copies were seized in Calais but others circulated clandestinely, and English newspapers reproduced it "with satisfaction."  He does not say which newspapers did so.  Capefigue, writing 13 years later, said that it had been published in the Morning Chronicle.

I have found two publications of the protestation in English papers: one in the Morning Chronicle dated November 10, 1820 (page 3, col. b; see here for the original, 314Kb), the other in the Chronicle section of the Annual Register under the date November 11 (1820, part I, p. 484; see here for the original, first, second, and third page of 270K each).  Note that these publications occurred sometime after the appearance of the pamphlet in France.  In both cases, the pamphlet is treated as a news item, not a submission or official document.  The introduction to the text in both cases makes it abundantly clear.
 

Morning Chronicle:
"A most curious and extraordinary paper has been recently circulated in France, purporting to be a Protest by H. S. H. the Duke of ORLEANS against the legitimacy of the Prince lately born, as the presumptive heir to the French Throne.  It is positively denied to be genuine, as indeed our readers will conclude from the text, as well as from its being inconsistent with the amiable character of the illustrious Duke; but it shews the spirit of the times; for extreme pains have been taken to circulate it in every part of France, and copies of it have been addressed to the Ambassadors of every Crowned Head in Europe, as if to lay a foundation upon the allegations it contains hereafter."
Annual Register:
"The following most curious and extraordinary paper has been recently circulated in France, purporting to be a Protest by H. S. H. the Duke of ORLEANS against the legitimacy of the Prince lately born, as the presumptive heir to the French Throne. [text of the Protest follows ]
Note:  It was afterwards publicly disclaimed by the duke."

The Protestation resurfaces (August 1830)

In August 1830, the text resurfaced.  The online catalogue of the Bibliothèque nationale de France lists four publications with this title:
  • Le duc de Bordeaux bâtard. Protestation du duc d' Orléans, aujourd'hui Louis-Philippe Ier, roi des Français, contre la naissance du prétendu duc de Bordeaux.  Paris : J. Lefebvre, août 1830.  In-8 °. Bibliothèque nationale de France: LB50-36
  • Actions héroïques des Parisiens pendant les journées des 27, 28 et 29 juillet 1830, ou traits de courage et de patriotisme, actes de désintéressement, paroles remarquables, etc., recueillis dans ces journées mémorables ; suivis de la cantate de M. Casimir Delavigne, et de la protestation du duc d'Orléans contre la naissance du duc de Bordeaux.   Paris : T. Dehay, 1830.  In-18.  Bibliothèque nationale de France:   LB49-1467
  • Souvenirs de 1830. Le faux héritier de la couronne de France, preuves authentiques de l'illégitimité du duc de Bordeaux, avec la Protestation faite, le lendemain de sa naissance, par Louis-Philippe d'Orléans, aujourd'hui roi des Français. Suivis d'une relation détaillée des événements qui ont marqué les journées mémorables de la révolution de 1830...   Paris : A. Deshayes, 1830. In-18. Bibliothèque nationale de France:  LB50-37
  • Vie scandaleuse, anecdotique et dévote de Charles X, depuis sa naissance jusqu'à son embarquement à Cherbourg. Nouvelle édition, augmentée de la protestation du duc d' Orléans sur la naissance du duc de Bordeaux.  Paris : chez les marchands de nouveautés, 1830.  In-18. Bibliothèque nationale de France:  LB50-33
The catalogue also lists these mysterious entries, for two undated lithographed broadsheets (is the "alors" an interpolation of the catalog-writer?  If not, they must dates to 1830 at the earliest):
  • Protestation de Louis-Philippe [alors] duc d'Orléans sur la légitimité de la naissance du Comte de Chambord, l'enfant du miracle, Henri V. [30 septembre 1820.]   Paris : impr. de Laffaiteur, (s. d.)  Description matérielle :  In-fol. plano   Note(s) :   Lithographié. Apocryphe

  • Protestation de Louis-Philippe, (alors) duc d'Orléans, sur la légitimité de la naissance du Cte de Chambord,... (30 septembre.)  (Paris,) passage Verdeau, n ° 17(s. d.)    In-fol. plano  Note(s) :   Lithographié

The text of the Protestation: French original

The following text is taken from a reprint in August 1830 by Jules Lefebvre & Cie.  The accompanying commentary makes it clear that it was printed sometime in the second or third week of August 1830, since Louis-Philippe is called "aujourd'hui Louis-Philippe Ier" (which he was since August 9) and the end of the commentary indicates that Charles X had not yet left France (which he did on August 18).

The text is identical to the English version found in the London papers, except for one clause missing in the French version.

The commentary claims that the protest was written on September 30, 1820 and was "officially published" in English newspapers on October 5.  As we have seen, this is simply not true: the publication in English newspapers came two months later and was in no way official. The commentary concludes with a table comparing the English revolution (from Charles I to 1688) and the French revolution (from Louis XVI to 1830).

The commentary also promises that further evidence would soon be published.  This may be what the title of the 3d publication cited above alludes to as " preuves authentiques de l'illégitimité du duc de Bordeaux" accompanying the text of the Protestation.


LE DUC DE BORDEAUX
BATARD.

PROTESTATION
DU
DUC D'ORLEANS,
AUJOURD'HUI LOUIS-PHILIPPE Ier,
ROI DES FRANÇAIS,
CONTRE LA NAISSANCE DU PRÉTENDU
DUC DE BORDEAUX.

Prix: 10 sous

PARIS,
JULES LEFEBVRE ET CIE , RUE DES GRANDS AUGUSTINS , No 18.

AOUT 1830.

Le duc de Bordeaux n'est qu'un bâtard, un enfant suppose: les preuves en sont claires, palpables. Sa naissance fut un scandale, et de tous les scandales de la restauration le plus odieux, peut-être, le plus coupable assurément. Il faut donc que les Chambres aient hâte d'examiner les pièces de ce procès entre la nation et ceux qui l'ont jouée; il faut qu'elles fassent justice d'une criminelle jonglerie ; qu'elles déclarent enfin à la face de l'Europe que le duc de Bordeaux n'est qu'un bâtard.

Que vont devenir alors les utopies de M. de Mortemart, les rêveries de M. Châteaubriand, les criailleries de M. Conny, les larmes, les soupirs de M. Berryer? Adieu, légitimité ! adieu , droit divin ! Nous n'entendrons plus la tribune nationale retentir de l'éloge du vertueux Charles X (1)  nous ne serons plus
assourdis de plaintes et de regrets sur le sort de l'innocent enfant du malheur (1).

(1) M de Martignac, séance du 7 août.
(1) M. le due de Mortemart, séance du 4.

Depuis dix ans le crime est consommé; et, c'est aujourd'hui seulement que nous élevons la voix pour le dévoiler: personne ne s'en étonnera. La presse, baillonnée en France par d'odieuses lois, a-t-elle permis depuis dix ans de faire entendre une juste plainte contre les  attentats de la Couronne? Qu'importe d'ailleurs le retard; il est toujours temps de redresser la fraude; le point important, d'ailleurs, n'est pas ici d'obtenir justice contre qui l'a commise, mais d'en signaler les auteurs à l'opinion publique, d'exposer au grand jour une trame grossièrement ourdie; de porter une facile conviction dans des esprits que la vérité frappera (2).

(2) Un rapprochement singulier complète la série des ressemblances entre les destinées de la famille des Stuarts et de celle des Capets.
A l'époque de la révolution d'Angleterre, en 1688, Jacques Il avait un fils. Il fut constaté à Londres que ce jeune prince était un enfant supposé. Après une feinte grossesse, au moment indiqué pour l'accouchement de la reine, l'enfant avait été apporté dans la chambre, et introduit dans le lit de la reine, dans une bassinoire. Les grands officiers présens avaient été dupes de ce stratagème.
Pour l'accouchement de la duchesse de Berry on n'a pas tant fait de façons: ce n'est qu'après que tout fut bien préparé que, l'on appela le public pour achever la pièce par un coup de théâtre.

Cette fraude, d'ailleurs, a été constatée dès le lendemain même du jour où elle fut commise. Un personnage auguste, celui qui, parmi tous les Français, avait l'intérêt le plus puissant comme citoyen , le plus direct comme prince, à ce qu'elle ne demeurât pas quelque jour impunie, a hautement protesté contre la prétendue naissance d'un fils de la duchesse de Berry. Cet acte de noble courage, de patriotique loyauté, reçoit aujourd'hui sa récompense , et le faux Henri V ne régnera pas; il ne portera jamais cette couronne que la France arrache aux débiles mains qui voulurent la lui transmettre par un crime.

Le prétendu duc de Bordeaux est né à Paris , le 29 septembre 1820. La protestation du duc d'Orléans , faite authentiquement le lendemain 30 , paraissait cinq jours après imprimée officiellement dans tous les journaux anglais.  Nous la publions aujourd'hui: c'est au peuple, que l'on a trompé , qu'il importe surtout de la connaître; les députés , les pairs , qui seront appelés bientôt à prononcer sur les faits qu'elle contient, doivent, la méditer.

PROTESTATION DU DUC D'ORLEANS

 « S. A. R. déclare par les présentes qu'il proteste formellement contre le procès-verbal daté du 29 septembre dernier , lequel acte prétend établir que l'enfant nommé Henri-Charles-Ferdinand-Dieudonné est le fils légitime de S. A. R. la duchesse de Berry.

»  Le duc d'Orléans produira en temps et lieu les témoins qui peuvent faire connaître l'origine de l'enfant et sa mère. Il produira toutes les preuves nécessaures oour rendre manifeste que la duchesse de Berry n'a jamais été enceinte depuis la mort infortunée de son époux; et il signalera les auteurs de la machination dont cette très faible princesse a été l'instrument.

»  En attendant qu'il arrive un moment favorable pour dévoiler cette intrigue, le duc d'Orléans ne peut s'empêcher d'appeler toute l'attention sur la scène fantastique qui , d'après le susdit procès-verbal , a été jouée au pavillon de Marsan.

» Le Journal de Paris, que tout le monde sait être un journal confidentiel, annonça le 20 août dernier le prochain accouchement dans les termes suivans :

»  Des personnes qui ont l'honneur d'approcher la princesse nous assurent que l'accouchement de S.A. R. n'aura lieu que du 20 au 28 septembre.

»  Lorsque le 28 septembre arriva, que se passa-t-il dans les appartemens de la duchesse ?

»  Dans la nuit du 28 au 29, à deux heures du matin, toute la maison était couchée et les lumières éteintes. A deux heures et demie la princesse appela; mais la dame de Vathaire, sa première femme de chambre, était endormie ; [Ed.: phrase manquante?  Cf. la version anglaise.]  la dame Lemoine, sa garde, était absente, et le sieur Deneux, l'accoucheur, était déshabillé.

» Alors la scène changea. La dame Bourgeois alluma une chandelle, et toutes les personnes qui arrivèrent dans la chambre de la duchesse virent un enfant qui nétait pas encore détaché du sein de la mère.

»  Mais comment cet enfant était-il placé?

»  Le médecin Baron déclare qu'il vit l'enfant placé sur sa mère, et non encore détaché d'elle.

» Le chirurgien Bougon déclare que l'enfant était placé sur sa mère, et encore attaché par le cordon ombilical.

» Ces deux praticiens savent combien il est important de ne pas expliquer plus particulièrement comment l'enfant était placé sur sa mère.

» Madame la duchesse de Reggio a fait la déclaration suivante:

» Je fus informée sur le champ que S. A. R. ressentait les douleurs de l'enfantement. J'accourus auprès d'elle à l'instant même, et en entrant dans la chambre, je vis l'enfant sur le lit, et non encore détaché de sa mère.

» Ainsi, l'enfant était sur le lit, la duchesse dans le lit, et le cordon ombilical introduit sous la couverture.

» Remarquez ce qu'observa le sieur Deneux, accoucheur, qui, à deux heures et demie , fut averti que la duchesse ressentait les douleurs de l'enfantement, qui accourut sur-le-champ auprès d'elle sans prendre le temps de s'habiller entièrement  qui la trouva dans son lit et entendit l'enfant crier.

» Remarquez ce que vit madame de Goulard qui , à deux heures et demie , fut informée que la duchesse ressentait les douleurs de l'enfantement, qui vint sur-le-champ , et entendit les premiers cris de l'enfant.

» Remarquez ce que vit le sieur Franque garde-du-corps de Monsieur, qui était en faction à la porte de S. A. R., et qui fut la première personne informée de l'événement par une dame qui le pria d'entrer.

» Remarquez ce que vit le sieur Lainé, garde national, qui était en faction à la porte du pavillon de Marsan, qui fut invité par une dame à monter, monta, fut introduit dans la chambre de la princesse, où il n'y avait que le sieur Deneux et une autre personne de la maison, et qui au moment où il entra observa que la pendule marquait deux heures trente-cinq minutes.

» Remarquez ce que vit le médecin Baron , qui arriva à deux heures trente cinq minutes , et le chirurgien Bougon, qui arriva quelques instans après le sieur Baron.

» Remarquez ce que vit le maréchal Suchet, qui était logé par ordre du roi au pavillon de Flore , et qui, au premier avis que S. A. R. ressentait les douleurs de l'enfantement, se rendit en toute hâte à son appartement, mais narriva qu'à deux heures quarante-cinq minutes, et qui fut appelé pour assister à la section du cordon ombilical quelques minutes après.

» Remarquez ce qui doit avoir été vu par le maréchal de Coigny, qui était logé aux Tuileries par ordre du roi , qui fut appelé lorsque S. A. R. était délivrée, qui se rendit en hâte à son appartement, niais qui n'arriva qu'un moment après que la section du cordon avait eu lieu.

» Remarquez enfin ce qui fut vu par toutes les personnes qui furent introduites après deux heures et demie jusqu'au moment de la section du cordon ombilical, qui eut lieu quelques minutes après deux heures trois quarts.

» Mais où étaient donc les parens de la princesse pendant cette scène qui dura au moins vingt minutes? Pourquoi, durant un si long espace de temps, affectèrent-ils de l'abandonner aux mains de personnes étrangères , de sentinelles et de militaires de tous les rangs? Cet abandon affecté n'est-il pas précisément la preuve la plus complète d'une faute grossière et manifeste? N'est-il pas évident, qu'après avoir arrangé la pièce, ils se retirèrent à deux heures et demie, et que, placés dans un appartement voisin ils attendirent le moment d'entrer en scène et de jouer les rôles qu'il s'étaient assignés.

Et, en effet, vit-on jamais, lorsqu'une femme , de quelque classe que ce soit, était sur le point d'accoucher, que, pendant la nuit , les lumières fussent éteintes ; que les femmes , placées auprès d'elles , fussent endormies; que celle qui était plus spécialement. chargée de la soigner, s'éloignât ; que son accoucheur fût déshabillé, et que sa famille  habitant sous le même toît, demeurât plus de vingt minutes sans donner signe de vie.

» S. A. R. le duc d'Orléans est convaincu que la nation française et tous les souverains de l'Europe sentiront toutes les conséquences dangereuses d'une fraude si audacieuse et si contraire aux principes de la monarchie héréditaire et légitime.

» Déjà la France et l'Europe ont été victimes de l'usurpation de Bonaparte. Certainement, une nouvelle usurpation , de la part d'un prétendu Henri V, amèneraient les mêmes malheurs sur la France et sur l'Europe.

» Fait à Paris, le 30 septembre 1820. »


Cet acte important, où les plus minutieuses circonstances ne sauraient être indifférentes , recevra bientôt son complément par la publication des détails particuliers qu'il énonce. Bientôt le nom de la véritable mère de Dieudonné ne sera plus un mystère; et si nous ne jugeons pas encore le moment venu d'exposer au grand jour cette iniquité tout entière, c'est par une involontaire commisération pour l'infortune, encore respectable, toute méritée qu'elle soit.

Paris a fait justice d'un pouvoir sans foi : encore un jour, et le sol français ne supportera plus Charles  X. Avec lui fuit la jeune princesse, qui , seule de sa famille, sut se concilier quelque part de l'affection du peuple. Tardons jusqu'à son départ pour publier sa honte ; sa honte! car ce qui est un crime dans la classe privée ne saurait être seulement une faiblesse à la Cour.

RAPPROCHEMEMS HISTORIQUES.

RÉVOLUTION ANGLAISE RÉVOLUTION FRANÇAISE
Les Stuarts  Capets. 
Les Bourbons. 
Charles Ier.  Louis XVI. 
Résistances du parlement.  Assemblée des notables. 
Refus de subsides.  Refus de subsides. 
Parlement cassé.  Serment du jeu de paume. 
Long parlement. Assemblée constituante et législative. 
Effervescence croissante.  Effervescence croissante. 
Charles II à York.  Louis XVI  à Versailles.
Guerre civile.  Émigration, Vendée, etc 
Fuite de Charles pris à l'ile de Wight.  Fuite de Louis à Varennes.
Jugement et mort de Charles.  Jugement et mort de Louis.
République anglaise.  République française. 
Olivier Cromwell, protecteur.  Bonaparte, consul. 
Parlement dissous.  18 brumaire. 
Chambre nouvelle. Sénat. 
Despotisme militaire et puissance extérieure.  Despotisme militaire et puissance extérieure. 
Alliance de Cromwell avec Mazarin et Louis XIV.  Mariage  de Napoléon avec une archiduchesse d'Autriche. 
Chute de Richard Cromwell  Chute de Napoléon. 
Général Monck.  Talleyrand , Fouché , etc. 
Restaurat ion.  Restauration. 
Charles II. Louis XVIII.
Promesse de maintenir la constitution. Charte.
Amnistie (excepté les régicid.)  Idem. 
L'armée Cromwell licenciée.  L'armée de la Loire licenciée. 
Triomphe des royalistes.  Triomphe des royalistes. 
Discussions parlementaires.  Idem. 
Les whigs et les torys.  Les libéraux et les ultras. 
Réaction catholique et royaliste. Réaction catholique et royaliste. 
Mort de Russel et de  Sidney. Mort de Berton , Bories, , etc. 
Influence du duc d'Yorck , frère du roi. Influence du pavillon Marsan.
Jacques II. Charles  X. 
Belles paroles à son avènement; déception. Idem.
Triomphe des catholiques et des torys. Triomphe des jésuites et des ultras. 
Jeffryes et ses complices. Ministères Villèle et Polignac. 
La nation indignée. Idem. 
Guillaume de Nassau. Philippe d'Orléans. 
Chute de Jacques et des Stuarts, appelée révolution glorieuse. Chute de Charles et des Bourbons , révolution glorieuse. 
Le fils de Jacques II , reconnu bâtard. Le duc de Bordeaux , reconnu bâtard.



 

The text of the Protestation: English version


This translation, except for spelling and punctuation, is identical in the Morning Chronicle and in the Annual Register.  It is identical to the 1830 version above.  It appears, however, to contain less than the rumours described by Reiset.  According to Reiset, the document dwelled at length on the previous, very difficult pregnancies of the duchess of Berry (she gave birth to two daughters who died within a day or two, and the birth of her surviving daughter was difficult) and contrasted with the remarkably rapid delivery of the son.  The document also contrasted her state of health with the energy and quick thinking she displayed during that night.  It finally provided some of the details that the English version promises for the future: in particular, it names a witness to the effect that a woman in a public maternity had complained a few days earlier that her child had been stolen.  This leaves open the possibility that several versions of the text may have existed.


PROTESTATION DE S.A.S. LE DUC D'ORLEANS.

His Serene Highness the Duke of ORLEANS declares by these presents, that he protests, by all manner of right, against the proces verbal, dated the 29th September, 1820, which purports to establish that the infant, named HENRY CHARLES FERDINAND MARIE BIENDONNE [sic] is the natural and legitimate son of her Royal Highness Madame the Duchess of BERRY.

The Duke of ORLEANS will produce, at the proper time and place, the witnesses who can make known the origin and true mother of the infant. He will exhibit all the necessary proofs to make it manifest that the duchess of BERRY was never enceinte after the unhappy death of her husband; and he will point out the authors of the machination of which this very feeble Princess was the instrument.

Until the favourable moment shall arrive to make such a disclosure, the Duke of ORLEANS cannot avoid calling attention to the fantastic scene which the above Proces Verbal states to have been exhibited at the Pavilion de Marsan.

 The Journal de Paris, which all the world knows to be a confidential journal,  announced on the 20th of August last, the accouchement in the following terms:—''Persons who have the honour to approach the princess, assure us, that the accouchement of her Royal Highness will not take place till between the 20th and 28th of September next."

When the 28th of September arrived, what passed at the Duchess's hotel?

In the night of the 28th or 29th, at two o'clock in the morning, all the family were in bed, and the lights extinguished.—At half an hour past two the princess called, but the dame de VALHAIRE [sic], her first femme de chambre, was asleep; the dame BOUGESIL [sic], her ordinary femme de chambre, was asleep; the dame LE MOINE, her nurse, was absent; and the sieur DONEUX [sic], the accoucheur, was undrest.

Then the scene was changed; the Dame BOURGESIL [sic] lighted a candle, and all the persons who arrived in the chamber of the duchess, saw there an infant, not then detached from its mother.

But how was this infant placed?

The physician, BARON, declares, that he saw the infant placed on its mother, and not detached from her.

The surgeon, BOUGON, declares, that the infant was placed on its mother, and was still attached to her by the umbilical cord.

These two medical practitioners are aware how important it is not to explain more particularly in what manner the infant was placed on its mother; but Madame the Duchess of REGGIO has made the following declaration:—" I was made acquainted sur le champ that her Royal Highness felt the pains of child-bearing; I hurried to the chamber on the instant even, and on entering, I saw the infant on the bed, not yet detached from its mother."

Thus the infant was lying on the bed, the duchess in the bed, and the umbilical cord introduced under the coverlet of the bed.

Remark what was observed by the Sieur DONEUX, the accoucheur, who at half-past two was informed that the Duchess felt the pains of child-birth, who ran on the instant, without taking time to dress himself wholly, to the apartment of the princess, whom he found in her bed, and he heard the child cry.

Remark what Madame de GOULARD says, who at half-after two was apprised that the Duchess felt the pains of child-birth, who went immediately. and heard the first cry of the child.

Remark what was seen by the Sieur FRANQUE, the garde de corps of MONSIEUR, who was on duty at the door of her Royal Highness, who was the first person informed of the event by a lady who desired him to enter.

Remark what was seen by the Sieur LAINE, garde nationel, [sic] who was on duty at the gate of the Pavilion de Marsan, who was desired by a lady to ascend, and who instantly went up, and was introduced into the chamber of the Princess, where there was only the sieur DONEUX, and another person of the household, and who, at the moment when he entered, observed that the clock was at two hours 35 minutes.

Remark what was seen by the Physician BARON, who arrived at 35 minutes past two, and by the Surgeon BOUGON, who arrived some instants after the Sieur BARON.

Remark what was seen by Marshal SUCHET, who was lodged, by order of the KING, at the Pavilion de Flore, who, at the first notice which was given to him of the pains felt by her Royal Highness, hastened to proceed to her apartment, but who did not arrive till 45 minutes past two, and who was called upon to notice the cutting of the umbilical cord some minutes afterwards.

Remark what should have been seen by marshal de COIGNY, who lodged, by order of the KING, in the Thuilleries, who was called when her Royal Highness was delivered, who hastened to proceed to her apartment, but who did not arrive till the moment when the cutting of the umbilical cord had taken place.

Remark, lastly, what was seen by all the persons who were introduced after half-past two, until the moment of cutting the umbilical cord, which took place some minutes subsequent to 45 minutes past two.

But where then were the relations of the Princess during this scene, which lasted at least 20 minutes ? Why, during so long a space of time, did they affect to abandon her to the hands of strangers—to those of sentinels, and of military of all ranks ? Is not this affectation of abandonment precisely the most complete   proof of a manifest and gross fraud ? Is it not evident, that after having arranged the piece, they withdrew at half past two, and that, placed in an adjoining
apartment they waited the moment for themselves entering the scene, and playing the characters which were assigned to them ?  For in the night, even when a
female, of whatever class of society, it may be supposed, would be attended upon at the critical period of child-birth, was it ever seen that the lights were
extinguished—that the female attendants were asleep—that she who was specially charged to take care of her was at a distance—that her accoucheur was undressed, and that her family, who resided under the same roof, and almost in the same apartment, remained upwards of twenty minutes without giving the least sign of presence or of existence.

His Royal Highness the duke of ORLEANS is convinced that the French nation, and all the sovereigns of Europe, will feel all the dangerous consequences of a fraud so audacious, and so contrary to the principles of hereditary and legitimate monarchy.

Already France and Europe have been the victims of the usurpation of BONAPARTE. Certainly a new usurpation of a pretended HENRY V would bring back the same misfortunes to France and to Europe.
 

  • Done at Paris, the 30th Sept. 1820.
  • Additional texts

    Capefigue: Histoire de la Restauration et des causes qui ont amené la chute de la branche aînée des Bourbons.  Paris: 1833, Dufey. Vol. 3, p. 71-72.
    (Note: the passage from "Une protestation" to "leur roi" was deleted in the 3d edition of 1845.)
    On a écrit que la naissance de M. le duc de Bordeaux avait été supposée.  Cette accusation n'est pas nouvelle: on l'avait portée contre le prince de Galles, fils de Jacques II; Napoléon fut aussi poursuivi dsans sa postérité, et il a fallu que les traits du grand capitaine et ses mélancoliques pensées de Sainte-Hélène vinssent se réfléchir sur la physionomie éteinte de son fils, pour convaincre les incrédules qui s'attachent à tous les faits historiques pour les démolir un à un.  Je sais tout ce qu'on pourra dire des faiblesses d'une femme; je les explique par cette imagination aventureuse qui s'exalta dans une vie errante de bruyères et de guerre civile.  Alors tous les sentiments deviennent du délire, et la reconnaissance malheureuse une de ces passions brûlantes qui confondent et rapprochent les rangs.  Une protestation attribuée à M. le duc d'Orléans fut insérée dans le Morning Chronicle contre la naissance de M. le duc de Bordeaux: lorsqu'elle fut connue, S. A. S. s'empressa de venir au château pour la démentir; Louis XVIII lui parla avec sévérité.

    S. A. S. fit cependant une demarche qu'elle devait à sa maison: elle s'adressa à M. le maréchal duc d'Albuféra: « M.le Maréchal, je sais votre loyauté; vous avezx été témoin de l'accouchement de Mme la duchesse de Berry; est-elle réellement mère d'un garçon?  — Aussi bien que S. A. S. est père de M. le duc de Chartres, répondit le duc d'Albuféra avec entraînement.  — Cela me suffit, M. le maréchal. »  Et M. le duc d'Orléans et sa famille allèrent féliciter la duchesse de Berry et saluer celui qui devait être leur roi.


    Vicomte de Reiset (1902): 'La Naissance du duc de Bordeaux'  Revue de Paris  9(2):306-336

    (The full text is available here in PDF format. The author is Marie-Antoine de Reiset (1775-1836), who served in Napoleon's armies and reached the rank of general in 1813. At the Restoration he entered the elite Gardes du Corps du Roi (King's Guards), and was Lieutenant Commandant in the compagnie Gramont from 1815. he was made vicomte in 1822, retired in August 1830.)
     

    20 octobre

    […]
    Mais cela est bien peu de chose et de bien minime importance si on compare cette insignifiante bagatelle au libelle indigne qu'on fait courir depuis plusieurs jours.  La police avait pu saisir les exemplaires à Calais, mais les journaux anglais l'ont reproduit avec satisfaction et on le fait circuler en sous-main malgré l'indignation qu'il soulève chez tous les honnêtes gens.  Il est superflu d'ajouter que le duc d'Orléans n'est point l'auteur de cette abominable protestation qui nous est arrivée de Londres sous sa signature et qu'il serait au désespoir qu'on pût le croire un instant capable d'une pareille infâmie.  Assurément, la naissance du duc de Bordeaux a dû être pour lui une cruelle désillusion, mais de là à lancer de pareilles acusations, il y a un abîme.  L'auteur de cet ignoble factum a repris point par point, en les défigurant, toutes les circonstances de l'accouchement qui lui semblent anormales.  Il est on ne peut mieux instruit de tous les détails, et note les moindres particularités; mais ce qu'il s'attache à mettre en lumière, c'est la manière surprenante dont les choses se sont passées, et la soudaineté extraordinaire de l'accouchement de la princesse.  Cet enfant qui vient au monde en quelques instants sans presque faire souffrir sa mère, cette chambre obscure dans laquelle l'accoucheur et la garde ne pénètrent que lorsque tout était déjà fini, toutes ces circonstances dues au hasard, lui semblent la preuve certaine d'un subterfuge évident.  Rien n'a été oublié.  Il compare avec cette dernière couche les précédentes, longues, laborieuses, pendant lesquelles la vie de la mère aussi bien que celle de l'enfant ont été en danger; il montre son état de santé languissant tout  le temps de ses dernières grosseses et ne peut croire que cette femme, naguère si délicate, ait pu supporter impunément les émotions terribles par lesquelles elle est passée.

    Il ne peut nier cepandant que des témoins nombreux et indiscutables aient tous vu successivement l'enfant encore attaché à la mère.  Mais son explication est toute prête: l'enfant était sur le lit, attaché au cordon, mais le cordon passait sous la couverture, et le respect dû à une Altesse Royale, a empêché que personne ait pu voir où il venait aboutir.  C'est devant les témoins ajoute-t-il, qu'a eu lieu la section du cordon ombilical, mais c'est le chirurgien Deneux, seul et loin de tous les yeux, qui s'est occupé de la soi-disant délivrance de la princesse.

    La conclusion ne tarde point, quelque  insensée qu'elle puisse être: la duchesse de Berry n'a jamais été grosse, et c'est pour cette raison que, depuis plusieurs mois, une seule des femmes de la princesse était admise à sa toilette. Lorsque le terme supposé est arrivé, on a apporté au bon moment un enfant dans l'état où tout le monde a pu le voir.  La mise en scène a été habile et tous les membres de la famille royale se sont prêtés à cette horrible supercherie.  On va jusqu'à citer des noms et à invoquer le soi-disant témoignage d'une certaine femme Gauthier, revendeuse au marché du Temple et femme d'un menuisier.  Cette malheureuse aurait raconté qu'étant à la Maternité, sa voisine de lit était acccouchée d'un garçon le 20 septembre.  Le lendemain, celle-ci se désespérait et racontait avec indignation qu'à la faveur de la nuit on lui avait pris son enfant pendant son sommeil.  Des déclarations aussi infâmes, si elles existent, n'ont pu être obtenues qu'à prix d'or et sont d'une insigne mauvaise foi ou encore le produit d'un esprit malade.  Mais tout était si adroitement présenté, et défiguré avec une habileté si diabolique, que cette indigne calomnie peut arriver à jeter le trouble dans les esprits trop crédules.  Même le courage et la merveilleuse présence d'esprit de madame la duchesse de Berry deviennent à l'entendre de nouvelles charges contre elle: il s'étonne qu'en un pareil moment une femme puisse avoir l'esprit si lucide, et c'est ainsi que même les plus admirables qualités de la princesse en arrivent à tourner contre elle.  Assurément, les arguments de cet indigne pamphlet ne tiennent pas debout.  Sans parler de tout ce qu'a d'odieux et d'abominable une pareille accusation contre la famille royale, il faudrait être dénué de sens pour supposer un seul instant que le duc de Coigny et le duc d'Albuféra aient pu se prêter à cette infâme comédie.  Et d'ailleurs, comment acheter tant de complicités différentes, et introduire dans un palais rempli de monde un enfant naissant dont le moindre cri pouvait trahir la présence!

    Le courage et l'énergie morale de la princesse sont connus de tous ceux qui l'approchent et, quant à ses forces physiques, tout le monde sait que sa santé longtemps délicate s'était complètement rétablie depuis un an.  Les autres circonstances accessoires qui sont présentées faussement comme étranges ou anormales ne sont que l'effet d'un pur hasard ou bien ont une cause toute naturelle.  La déclaration de la soi-disant mère n'a pas été prouvée et ne repose sur rien.  Il serait donc facile de reprendre point par point tous ces arguments pour en démontrer l'inanité, mais le roi s'y est opposé, il affecte même d'en rire et n'y veut voir que la dernière ressource d'une révolution aux abois. Tous les gens de bonne foi même opposés au gouvernement sont révoltés d'une si infâme duplicité: quant à nous, nous ne pouvons qu'ajouter à notre amour pour cet enfant l'affection profonde que nous avions vouée à son malheureux père; c'est la meilleure façon de faire justice de pareilles indignités, et, si nous formons un vœu, c'est que nos fils témoignent après nous à l'enfant du miracle le même dévouement et la même fidélité.




    Alain Jossinet: Henri V. Paris: Ulysse Editions, 1983. p. 38.
     
    Ne pouvant dissimuler son dépit, la crispation des traits de Louis-Philippe était telle que tous les témoins la constatèrent au moment où ce Prince signa l'acte de naissance qu'on lui présentait. (*)  La protestation, évidemment démentie, contre l'authenticité de cette naissance, parus à quelques jours de là dans le « Morning Chronicle », odieusement reprise en 1830 par les « vainqueurs de Juillet », laisse assez peu de doute à ce sujet.  Par décence, nous ne nous étendrons pas sur ce genre d'argumentation, auxquels ne manqueraient pas des preuves aussi multiples qu'irréfutables.

    French Heraldry Page | Search Heraldica | Heraldic Glossary | Contact

    François Velde

    Last modified: Apr 22, 2010